Mention bien à Roselyne Bachelot

21 06 2012

 

Mention bien à Roselyne Bachelot dans Lectures bachelot-150x99

Roselyne Bachelot

JE n’ai pas grande sympathie pour Roselyne Bachelot-Narquin* Vivant et travaillant en France, je suis donc un contribuable au même titre que la majorité des gens dans ce pays. Et je n’ai toujours pas avalé la terrible et trop amère qu’ont constitué les 95.000.000 de doses de vaccin contre la grippe A, qu’elle commandera au nom du ministère de la Santé (donc avec notre argent) pour un coût global de 1,5 milliard d’€**.

A-FEU-150x150 dans LecturesNOUS étions en 2010 et je m’étais dit qu’il restait une once de dignité chez cette femme politique plus du tout jeune (elle accusait déjà 64 ans, tout de même), elle rendrait son tablier et arrêterait la politique. Mais il faut croire que souvent, je suis plein d’illusions. Elle se battra becs et ongles pour défendre ses choix désastreux, jusque devant les parlementaires. Et comme il ne fallait pas compter sur Nicolas Sarkozy pour la mettre dehors***. Je ne donne que cet exemple pour dire combien ce genre de personnages m’insupporte totalement.

DIEU! que j’ai été agréablement surpris en lisant lemonde.fr du 21 juin 2012 et d’apprendre que dans son livre paru chez Flammarion****, Mme, libérée de toute obligation politique (elle ne se représente pas à la députation) se lâche, notamment sur celui qui a été son président durant 5 ans, à savoir Sarkozy. Les quelques extraits sélectionnés par le journaliste Eric Nunès***** sont savoureux à plus d’un titre et confirment encore une fois que rien ne vaut une personne libre de toute obligation : il n’y a plus de freins, les fauves sont lâchés.

Mouton-150x108Mme Bachelot-Narquin qui a été initiée à la politique par son père, le gaulliste Jean Narquin a commencé comme conseillère générale en 1982, il y a 30 ans. Elle a eu, à mon avis, le bon goût d’arrêter la politique car la scène, c’est mieux de la quitter avant que les tomates et les sifflets du public ne nous tombent dessus. Et cette liberté, cette grande gueule en use bien comme il faut dans ce livre que je ne manquerai pas d’acheter. Et de lire, évidemment.

Florilège :

« L’excitation paradoxalement servile et irrespectueuse des journalistes, la façon dont le président fait l’impasse sur ses ministres en s’appropriant l’exclusivité de l’attention et en occupant tout l’espace, me minent » (…) Nicolas Sarkozy n’est pas plus en phase à ses yeux. « Le président monopolise la parole, alors que le moment est venu de laisser les gens s’exprimer, rapporte-t-elle. Nicolas Sarkozy ne voit pas que ces gens ont apporté de nombreux petits papiers sur lesquels des questions sont griffonnées. Ils repartiront sans avoir pu les poser. (…) Tout au long du quinquennat, j’ai pu mesurer l’influence néfaste des communicants, qui ont transformé les visites prétendument de terrain en des simulacres de rencontres aseptisées dont toute spontanéité est évacuée, toute aspérité gommée. Alors que les militants UMP font la claque à la sortie de la réunion, les habitants du lieu sont maintenus à distance, bloqués dans leurs voitures pendant des heures… De l’art et de la manière de transformer un citoyen bienveillant en antisarkozyste prêt à mordre. » (…)Mme Bachelot critique aussi la valse des ministres durant le quinquennat.« Comment appréhender son rôle quand on ne connaît pas les dossiers ? « ,questionne-t-elle . « Quand le président se plaint de n’être pas soutenu par ses ministres, écrit-elle, il ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Avec des erreurs de casting et un turn-over gouvernemental excessif, il s’est tiré une balle dans le pied, mettant ses fidèles – et ses infidèles – en position d’échouer. (…) Je trouve donc injuste cette façon que notre candidat a (…) d’écarter ses ministres comme s’ils étaient malades d’une peste qu’il a lui-même inoculée… » (…)Elle rappelle notamment les mots de Claude Guéant, ancien ministre de l’intérieur, proche de l’ancien président, qui avaient suscité une polémique : « Toutes les civilisations ne se valent pas », avait-il déclaré. « La phrase a aussitôt embrasé les médias et l’opinion. (…) Prend-il la mesure des conséquences néfastes de ce type de déclaration pour la réélection du président ? C’est un pyromane qu’il faut faire taire », écrit-elle.

VACCINS-141x150BIEN le salut ! Mme Bachelot-Narquin. Même si vous ne me manquerez guère, j’attends un autre livre du même tonneau car ceux et celles qui ont exercé des responsabilités ont le devoir, aussi bien pour leurs contemporains que pour les générations à venir, de laisser des témoignages écrits.

 

Obambé GAKOSSO, June 2012 ©

——————————————-

* : Cela ne peut être réciproque car elle ne me connaît pas.

** : Lire ici (http://www.lepoint.fr/grippe-a-h1n1/2010-01-13/grippe-a-roselyne-bachelot-a-tente-de-convaincre-les-deputes/2024/0/412920)

*** : L’incompétence n’a jamais constitué une tare pour lui, apparemment.

**** : A feu et à sang, 260 p, 18€

***** : http://www.lemonde.fr/politique/article/2012/06/20/roselyne-bachelot-raconte-sa-campagne-presidentielle_1721867_823448.html


Actions

Informations



2 réponses à “Mention bien à Roselyne Bachelot”

  1. 22 06 2012
    Galebahi (08:58:22) :

    Quand je pense que 49% ont quand même voté pour Sarkozy, il y a de quoi avoir peur pour l’avenir de la France…

  2. 23 06 2012
    St-Ralph (01:10:20) :

    Merci de nous faire découvrir ces quelques réflexions tirées du livre que tu nous présentes. On peut conclure qu’un inculte comme président est une véritable catastrophe pour un pays. Ceux qui ont voté pour Nicolas Sarkozy sont des aveugles ont des incultes comme lui. C’est la conclusion que l’on peut tirer des propos de Roselyne Bachelot.

Laisser un commentaire




sissimages |
enza7079 |
Cordonniers à Fleur de Peau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les mille pommes d'or d'Ata...
| Les Pays
| Le concombre Masqué