Quand une idée ressemble à une bonne blague…

30 11 2011

 

Quand une idée ressemble à une bonne blague... dans Economie Ngatse_13119259556631-115x150

Elvis Ngatsé, le père de la "Taxe sur la Diaspora"

IL Y EN A QUI ONT DE CES IDÉES… je ne vous dis pas! J’ai appris hier qu’il y avait un Congolais qui proposait la création d’une « Taxe des Congolais de la Diaspora ». Je ne sais pas ce qu’il fait dans la vie, mais j’ai vraiment eu froid dans le dos en lisant cela. Au début, j’ai cru que c’était une blague. Comme je ne suis pas du genre à avaler aisément ce que l’on me propose, je suis allé chercher et j’ai trouvé son texte qui m’a fait dire qu’il y a vraiment des gens qui ont des idées…tr%C3%A9sor-public-150x132 Congo dans EconomieMONSIEUR ELVIS NGATSÉ* (c’est de lui qu’il s’agit) dit ceci: Si nous concevons que les compatriotes de l’étranger ont le droit de critiquer les politiques économiques actuelles et de proposer des pistes de solution pour une gouvernance économique réussie; nous concevons aussi que ces mêmes compatriotes ont le devoir de participer à l’effort de la construction nationale. Je vous avoue que j’ai été intrigué que E. Ngatsé commence par parler de (…) critiquer les politiques économiques actuelles (…). Pour info, même les Congolais vivant au Congo devraient avoir ce droit. Cela ne devrait être l’apanage d’aucune catégorie de citoyens. Bon, passons. Ce qui m’a donc le plus intrigué dans ce texte (qui n’est pas totalement mauvais, je le précise), c’est ceci « Cet organe sera chargé de gérer une taxe à créer dite TAXE DE LA DIASPORA ». Les Congolais ne sont-ils pas assez taxés comme cela qu’il faille en rajouter? Il y a 20 ans, les Congolais découvraient un André Milongo fraîchement débarqué des USA où il résidait depuis des années, lui, l’ancien haut-fonctionnaire congolais du temps du président Alphonse Massamba-Débat. Il disait devant nos media qu’il avait fait venir une voiture depuis Baltimore jusqu’au port de Ndjindji et que cela ne lui avait pas coûté grand-chose. Cependant, lorsqu’il fallut la dédouaner, il n’en crut pas ses yeux en voyant la facture présentée par la douane congolaise. 20 ans après, c’est un Congolais qui paie sa voiture d’occasion 3000€ en Belgique (environ 2.000.000 de CFA) et paie en plus 560€ de frais pour que le véhicule parte de l’Europe pour le port de Ndjindji. Vous savez combien on lui a demandé de payer sur place pour récupérer son bien? 1500€!!! Soit la moitié du prix du véhicule, soit près de trois fois ce qu’il lui en aura coûté pour faire les milliers de Km séparant le port belge du port congolais. Ce témoignage, chaque Congolais doit le connaître. Dans un pays sérieux, on crée des taxes sur les produits importés afin de protéger le tissu industriel local, afin de protéger la production locale. Or, à moins que la chose ne nous ait échappé, le Congo ne produit aucune voiture. Toutes celles qui roulent sur nos pauvres routes sont importées d’Europe et d’Asie. Quelle est donc l’intérêt de ces surtaxes?

cfa-150x96 DiasporaIL EST DOMMAGE QUE Milongo, constatant la chose n’ait pas fait un toilettage. Bref! il est du devoir des gouvernants actuels de prendre des mesures justes qui favorisent le bien-être des populations. Ce n’est pas en ponctionnant aussi bien les Congolais de la diaspora que ceux vivant au pays que ce pays atteindra la fameuse « émergence », le mot le plus récité depuis des mois au pays, du gouvernement aux journalistes, en passant par les députés du pouvoir. Le Congo est un pays riche, très riche, extrêmement riche même. Ce ne sont pas les moyens qui nous manquent pour que les Congolais vivent mieux qu’ils ne vivent. Ce n’est pas l’argent qui manque pour que les Congolais soient soignés, qu’ils aient des routes dignes de ce nom, qu’ils aient des écoles pour que leurs enfants étudient convenablement et prennent la relève demain. Ce qu’il nous faut, c’est une meilleure répartition des richesses. Ce qui entre dans les caisses du Trésor public appartient à tous les Congolais, et non pas à une clique de personnes qui se partagent le gros de ce gâteau, laissant le menu fretin au reste du peuple. Il y a des pays qui ont moins de revenus que nous, mais où les populations s’en sortent mieux. Pourquoi? Parce que des visionnaires ont crée les conditions nécessaires à la création et à la créativité; parce que des visionnaires ont privilégié l’intérêt collectif au détriment du leur propre. Mais chez nous, comme on a décidé que certains devaient avoir tous les plus quatre-quatre du monde (et pas qu’un seul, plusieurs!), comme on a décidé que certains devaient faire des fêtes tous les jours en se servant au Trésor, comme on a décidé d’organiser des colloques, des séminaires, des fora chaque jour (qui ne servent à rien), pas étonnant que nous en soyons encore là et que certains imaginent des « taxes pour les Congolais de la diaspora »… Les Congolais de la diaspora ne travaillent pas que pour eux. Faut-il rappeler à E. Ngatsé qu’ils sont nombreux chaque semaine à envoyer de l’argent (et beaucoup) pour soigner les leurs, pour les nourrir, pour payer la scolarité des neveux et des nièces. Pourquoi? Parce qu’au pays les revenus des citoyens Songolo et Kingani sont très insuffisants pour faire face aux tracas du quotidien. Rien qu’il y a quelques jours, j’en ai vu un sortir plus de 200€ de sa banque. Pourquoi? Parce que sa soeur était malade au pays et n’avait pas de quoi se payer des soins. Un autre fut réveillé à 4 heures du matin car un proche était à l’agonie et il n’y avait pas de sous pour l’emmener à l’hôpital… Et ainsi de suite. On connaît tout cela.

 

Obambé GAKOSSO, November 2011©

————————-

*: Le lien vers son texte, http://www.journaldebrazza.com/article.php?aid=808

 


Actions

Informations



2 réponses à “Quand une idée ressemble à une bonne blague…”

  1. 3 12 2011
    Mbombombua Keyumakavé (16:17:07) :

    Ceci est mon droit de réponse à l’article d’Elvis Ngatsé.

    C’est avec une grande attention que j’ai lu votre article dans lequel vous proposez une taxe « Diaspora » pour faire participer les compatriotes vivant à l’étranger dans l’effort de développement de notre cher CONGO que nous pouvons lire sir sur votre blog via ce lien http://www.journaldebrazza.com/article.php?aid=808.
    Et ce qui a le plus retenu mon attention en dehors du chiffrage et de l’extrapolation que vous vous faites sur le gain de cet impôt c’est cette phrase : « Si nous concevons que les compatriotes de l’étranger ont le droit de critiquer les politiques économiques actuelles et de proposer des pistes de solution pour une gouvernance économique réussie; nous concevons aussi que ces mêmes compatriotes ont le devoir de participer à l’effort de la construction nationale ». De ce fait que pensez vous de la constitution congolaise de Janvier 2002 qui garantit les droits et devoirs des citoyens notamment en ces articles 19 et 8 que je vais vous rappeler ?
    ARTICLE 8
    Tous les citoyens sont égaux devant la loi.
    Est interdite toute discrimination fondée sur l’origine, la situation sociale ou matérielle, l’appartenance raciale, ethnique ou départementale, le sexe, l’instruction, la langue, la religion, la philosophie ou le lieu de résidence, sous réserve des dispositions des articles 58 et 96.
    La femme a les mêmes droits que l’homme. La loi garantit et assure sa promotion et sa représentativité à toutes les fonctions politiques, électives et administratives.
    ARTICLE 18
    La liberté de croyance et la liberté de conscience sont inviolables.
    L’usage de la religion à des fins politiques est prohibé.
    Toutes manifestations de manipulation et d’embrigadement des consciences, de sujétions de toutes natures imposées par tout fanatisme religieux, philosophique, politique et sectaire sont punies par la loi.
    En effet Il y aurait dans cette taxe, une discrimination entre citoyens congolais, qui n’entre pas dans le cadre de celles prévues par la constitution. A coté de cette inconstitutionnalité, les mesures douanières préconisées risquent de ne pas être conformes aux engagements internationaux qui lient le Congo.
    Cette taxe spécifique à la diaspora contrevient à un principe fiscal fondamental, celui de l’égalité de tous les citoyens devant l’impôt. En plus une majorité des congolais pouvant appartenir à ce qui est communément désigné sous le vocable de diaspora possède une ou deux nationalité dont la nationalité congolaise. Le principe du refus de double imposition des contribuables contenus dans les conventions internationales risque donc d’être un sérieux obstacle à l’avènement de cette nouvelle imposition.
    En sus d’être immorale, illégitime et discriminatoire une telle taxe a un postulat totalement aberrant (les congolais établis à l’étranger ont de l’argent à jeter par la fenêtre à la différence de ceux restés au pays et blablabla). La solidarité ne peut être fruit de la contrainte (sauf prélèvements obligatoires, par ailleurs souvent liés à des critères de résidence sur le territoire national).
    La question de l’utilité et de la nécessité de cette nouvelle imposition pose problème dès lors que comme nous le savons tous, les caisses de l’état sont pleines. En la matière il faut appliquer l’adage, pas plus qu’il n’est nécessaire, pas plus qu’il n’est utile.
    Et, il me semble que ce soit une erreur de croire « qu’apporter sa contribution à l’effort de reconstruction nationale » ne puisse se faire que de manière financière.
    Un apport en savoir-faire, ou en matière grise peut avoir un impact bien plus grand qu’un peu d’argent mal utilisé.
    Les congolais de la diaspora sont déjà lourdement taxés dans l’informel puisqu’ils doivent régulièrement soutenir la famille restée au pays.
    Les congolais de la Diaspora ne sont pas des congolais à part entière puisqu’ils ne peuvent pas s’exprimer lors des différents scrutins.
    Peut être devrions nous surtout d’abord nous interroger et expliquer que malgré les recettes générées par les richesses naturelles, pourquoi le Congo finance t-il les pauses des premières et la construction de certaines structures par des emprunts à payement différé qui feront très mal aux générations futures lorsqu’ils se verront spolier la terre et autres richesses. Parce que nous vivons à l’étranger, ne devrions nous pas nous offusquer sur les choix énergétiques opérés qui retarderont le développement industriel du pays ?
    Je laisse le temps aux autres d’enrichir cet échange.
    Cordialement.

  2. 6 12 2011
    Obambé GAKOSSO (00:37:32) :

    Bonsoir,

    J’ai le plaisir de lire ce Frère qui a un pseudonyme de qualité sous d’autres cieux et c’est avec un réel plaisir que j’ai pu lire sa belle et longue réaction sur notre espace commun d’échanges.

    Je pense que Monsieur Elvis Ngatsé, initiateur de cette taxe te répondra, mon cher Mbombombua Keyumakavé. Je te souhaite aussi la bienvenue sur cet espace qui est aussi le tien.

    @+, O.G.

Laisser un commentaire




sissimages |
enza7079 |
Cordonniers à Fleur de Peau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les mille pommes d'or d'Ata...
| Les Pays
| Le concombre Masqué