• Accueil
  • > Politique
  • > Jean-Bedel Bokassa, ou l’expression même de notre aliénation collective

Jean-Bedel Bokassa, ou l’expression même de notre aliénation collective

20 09 2011

index15.jpg 

PARMI LES QUESTIONS auxquelles j’ai souvent droit, il y en a qui est très récurrente: « Comment trouves-tu tes sujets? » L’actualité, qui ne laisse jamais de répit, nous en propose pourtant tout le temps. C’est ainsi que hier soir, j’ai pensé en suivant un reportage sur Bokassa premier, empereur de la RCA du 04/12/1976 au 20/09/1979. C’est dire que la troisième chaîne de télévision française a fêté avec éclat les 32 ans de la chute de cet homme qui n’a été rien d’autre qu’un bon fruit de l’école coloniale française, ce même homme qui sera renvoyé dans les poubelles de l’Histoire par la même France. 

index16.jpgAvec l’impératrice Catherine qui se barrera vite fait bien fait

EN GROS, ON SAIT presque tout sur les bêtises et autres énormités de Bokassa, l’une des grosses caricatures de ce que nos dirigeants – contemporains – qui soient. Il nous a ridiculisés; un continent entier par ces mots, ses extravagances et la cerise sur le gâteau a été ce sacre. J’ai été tellement dégoutté par certains détails que j’ignorais encore, hier soir, que je ne me vois pas faire un billet comme je les aime. Un billet de taille moyenne ou longue. Un billet où j’aurais fait un compte-rendu de cette émission. Bokassa était vraiment une composante essentielle de la lie de l’humanité. Les sommes dépensées pour son sacre me trottent encore dans la tête. Les 40.000 bouteilles de Bourgogne, les 20.000 bouteilles de Champagne venant toutes de France: je n’en reviens pas. Les fleurs en très grande quantité venant de cette même France; les chevaux venant de Normandie et qui, ne supportant pas la chaleur se mirent à crever un par un, dont un en pleine cérémonie, sous la foule ébahie; la mise à contribution du peuple centrafricain pour ce sacre; la pièce montée venant de France; la toge de 12 mètres pour lui, de 9 mètres pour son impératrice Catherine; le prince héritier Jean-Bedel Junior, endimanché comme un pingouin et en train de dormir de temps en temps. Je revois encore Bokassa (pour la énième fois!) être obligé de quitter la Côte d’Ivoire après que son grand-frère Félix Houphouët-Boigny l’ait fait partir*. Je revois encore (pour la énième fois encore!) Bokassa dans son château d’Hardricourt (Yvelines, région parisienne) en train de se plaindre du comportement… de l’État français vis-à-vis de lui, ce grand homme qui a si bien servi les intérêts français: ah! cette naïveté qui nous tue depuis 500 ans et qui nous fait perdre les guerres les plus importantes… Et Bokassa de nous faire la liste des « biens de sa famille », restés et perdus en RCA: je rêve! Encore une fois, pour les plus jeunes d’entre nous qui sont éblouis par les fastes de nos puissants, retenez bien, je vous en prie que ces gens ne sont rien du tout sur le plan matériel. Ils ne sont que parce qu’ils ont les clés de nos Trésors publics! Une petite vidéo de Bokassa, pour la route: Image de prévisualisation YouTube

Obambé GAKOSSO, September 2011©

————————

*: D’après un de mes profs de collège, le président ivoirien en avait marre de la libido débordante de son hôte avec les jeunes filles ivoiriennes


Actions

Informations



Une réponse à “Jean-Bedel Bokassa, ou l’expression même de notre aliénation collective”

  1. 22 09 2011
    Kinzy (15:09:43) :

    Bonjour grand frère !
    Vois qui gouverne la CI
    http://afrohistorama.over-blog.com/article-ces-fran-ais-qui-gouvernent-reellement-la-cote-d-ivoire-84894120.html
    Il y a des chances que ce ne soit pas J B B qui siègait à la tête de la RCA.
    Mais que dire de ceux qui pensent que c’est le nain qui dirige la France ?
    Compassion ! Compassion !

Laisser un commentaire




sissimages |
enza7079 |
Cordonniers à Fleur de Peau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les mille pommes d'or d'Ata...
| Les Pays
| Le concombre Masqué