L’impasse de si je savais…

27 06 2011

IL EST BON DANS L’EXISTENCE d’une entité de choisir ses partenaires, ses alliées, ses fournisseurs, ses acheteurs etc. Kemet est plus que jamais à la croisée des chemins en cette douzième année du nouveau siècle. On ne compte plus les Kamit qui se divisent entre ceux qui estiment que les liens entre le continent et l’Occident doivent être maintenus tels quels et ceux qui estiment qu’il faut radicalement couper pour se tourner exclusivement vers l’Asie.

images9.jpg

FORT HEUREUSEMENT, DANS CET univers, il en est qui pensent qu’il faut d’abord et avant tout réfléchir par soi-même, revenir vers soi-même avant de savoir quelles directions prendre. Je dis très clairement chaque fois que c’est possible sur cet espace comment je conçois les rapports entre Kemet et le reste du monde. Je voudrais vous offrir aujourd’hui non pas un long discours, mais une image que je veux forte et très révélatrice de ce qu’est notre continent, qui est le seul au monde à ouvrir ses frontières à tout le monde, sans la moindre contrepartie. En jaune, la présence de l’empire du Milieu sur le continent. Et encore, cette carte ne révèle pas la réalité telle qu’on la vit sur le terrain! Bonne semaine!

chineafrique.jpgSource: http://www.algerie-focus.com/2010/07/17/commerce-sino-africain-une-opportunite-ou-une-menace/

Obambé GAKOSSO, June 2011©


Actions

Informations



3 réponses à “L’impasse de si je savais…”

  1. 30 06 2011
    MEK (08:59:37) :

    Les Chinois sont là et bien là. Un jour, on va se réveiller et ils seront partout. Mais ce n’est pas ce qui me dérange. Ce qui m’embête le plus c’est l’incapacité de ces gens à former leurs enfants, leurs collaborateurs etc. C’est tout simplement de la folie que de continuer à évoluer ainsi.

    MEK

  2. 30 06 2011
    Christian (09:09:30) :

    Cette affaire de Chinois, mon cher MEK, ira de mal en pis. Nous avons le malheur d’avoir des dirigeants qui ne voient pas au-delà de leurs nez. Franchement, des gens qui dirigent des pays, comme le Congo de Sassou Nguesso depuis des décennies qui ne forment pas, cela m’intrigue. Bambi le dit tous les jours: combien d’écoles d’ingénieur construites depuis des années? Combien d’universités? Les Chinois arrivent, ils voient les vides et s’installent. Nous allons continuer à être esclaves.

    Christian

  3. 5 07 2011
    Obambé GAKOSSO (22:42:58) :

    Les gars, cherchez un proverbe que j’ai entendu pour la première fois auprès de mes Frères maliens: elle parle d’une salamandre dans une maison. Si vous l’avez, vous aurez tout compris sur cette affaire d’Africains et de Chinois…

    @+, O.G.

Laisser un commentaire




sissimages |
enza7079 |
Cordonniers à Fleur de Peau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les mille pommes d'or d'Ata...
| Les Pays
| Le concombre Masqué