Lettre d’Ici n°4, par Letsaa la Kosso

30 05 2011

kosso1.jpg

ET LE CHANTEUR DEVINT PRÉSIDENT

INCROYABLE DESTIN que celui de cet homme dont la famille, ce jour, semble se résumer – à l’intérieur- à son épouse Sophia et à leur quatre enfants et, – à l’extérieur- à une foule d’haïtiennes et d’haïtiennes qui n’en finissent pas de se trémousser de joie et d’impatience de voir leur président se présenter à la barrière du Palais national effondré depuis le 12 janvier 2010. C’est qu’aucune chaîne de télévision n’a montré ni la mère de Sweet Micky, ni sa ou ses sœurs, ni un frère ! A l’investiture d’Obama, les téléspectateurs avaient découvert le visage des demi-sœurs et même le foulard de tête bien noué de sa tante Sarah venue droit du Kénya pour la cérémonie. Pour Sweet Micky aucun arrêt sur image de la famille consanguine en dehors de sa descendance directe. Ailleurs dans le monde, notamment en Afrique, cela aurait été compris comme la révélation d’une immense solitude, « la plus profonde des solitudes » pour reprendre le titre d’un livre de Tahar Ben Jelloun.

 images19.jpg

MAIS, Joseph Martelly n’était pas seul en ce samedi 14 mai ! Sa famille politique, sa famille populaire, ses fans, mais aussi des curieux, des badauds se sont amassés aux abords de l’assemblée nationale et du Palais national depuis des heures, peut-être même la veille. Devant les ruines du palais, une tente géante avait été dressée, décorée, aménagée pour  la circonstance afin d’accueillir les invités officiels, dévoilant ainsi le symbolisme fort d’un pays qui renaît de ses cendres. Haïti pap peri ! (Haïti ne périra point !) 

images20.jpg

ILS ÉTAIENT LÀ, venus des Etats -Unis, de France, de la République Dominicaine voisine dont la ville de Santiago venait d’être secouée la veille par un tremblement de terre de magnifique 4.5. Mais la cerise sur la brochette des invités fut un couple africain, sans doute originaire du Bénin (ce pays semble être, à ce qui se raconte, le seul pays africain à avoir une représentation diplomatique en Haïti). Ils étaient beaux avec leur tenue africaine à la Yorouba ! Ils étaient placés au premier rang, juste après le couple Préval (président sortant) et le président dominicain Fernandez qui se trouvaient tous à la droite du président élu. Ce fut le deuxième symbole fort de cette investiture (du moins à mes yeux) : les deux parties de l’île d’Hispagnola  réunie, l’espace d’une cérémonie, avec au premier plan l’Afrique comme pour rappeler à tous et encore, la part des origines : « Pour le pays et pour les ancêtres… » Ainsi commence l’hymne national haïtien. 

images22.jpg

LA TROP FORTE ET TROP visible présence de l’Eglise catholique témoigne  d’un pan de l’histoire tumultueuse de la première république noire au monde qui n’est pas une république laïque. Le Concordat de 1860 signé entre le Vatican et Haïti pour la reconnaissance de la République libre d’Haïti (première reconnaissance internationale) n’a jamais été remis en question. L’église catholique omniprésente en Haïti ne s’est jamais sentie menacée, même pas par la religion vaudoue dans laquelle elle a toujours vu son pire ennemi et conte laquelle elle a toujours lancé ses croisades et campagnes anti-superstition.  Cependant aujourd’hui l’église catholique semble avoir été taclée par les nombreuses églises de réveil d’obédience nord américaine dont un prophète, il y a deux mois, a fait placarder des affiches sur les quelques billboards géants qui dominent les tentes bleues et blanches des camps des sinistrés du 12 janvier 2010 avec ces mots : « Jezi nap tounen nan 21 mé. Se sa Bib la di » (Jésus va revenir le 21 mai. C’est ce que dit
la Bible
). 

images23.jpg

AINSI DONC, il en a été pour l’investiture de Sweet Micky comme pour le couronnement des rois de France : une longue messe d’environ une heure célébrée par Mgr Kébreau, évêque du Cap Haïtien, avec un des plus beaux prèches sur l’amour, la beauté, la fraternité, la charité, etc…au point qu’un caricaturiste a fait dire au Président de la République, sur la Une du quotidien le Nouvelliste : «  Si m te konnen, m te bay Mgr Kébreau ekri diskou pa m nan pou mwen ! » (si j’avais su, j’aurais demandé à Mgr Kébreau d’écrire le discours pour moi). Et, la deuxième cerise sur le gâteau fut le Te DEUM. Je me suis demandé un moment si c’était un Te Deum royal ou sa version présidentielle. Impossible de savoir car il était chanté en Latin, cette langue morte que je n’ai pas apprise. Moi je préfère les vivants.

 images24.jpg LES HOMMES SONT méchants et les politiciens encore plus que les hommes. Car figurez-vous qu’il n’y a presque pas eu d’images transmises directement de notre Tèt Kalé national prêtant sermon. Tout simplement parce qu’il y a eu COUPURE d’électricité. En Afrique nous disons DELESTAGE. Le noir total. Comment l’interpréter ? Aurait-il oublié de « donner à manger » à ses loas (esprits vaudous) avant d’aller prendre ses fonctions de Président d’une République où le Vaudou a été reconnu comme religion officielle au même titre que la religion chrétienne, par l’ancien président Aristide, ex-prêtre défroqué ? Pour le moment, l’enquête est en cours. Mais d’ores et déjà on sait que ce fut un acte criminel car des câbles ont été retrouvés bel et bien sectionnés intentionnellement. Mais celui qui arrêtera Sweet Micky Tèt Kalè, n’est peut-être pas encore né ! 

 images25.jpgLa foule, le jour de l’investiture

REMIS TRÊS VITE DE son émotion d’avoir prêté sermon dans le « noir », le Président a pris sa revanche lors de son discours d’investiture pour envoyer un message fort aux personnes mal intentionnées nourrissant des velléités anti- Tèt Kalé.

 images26.jpg

AUSSI, VA-T-IL commencer son discours avec la plus grande sérénité et la plus grande solennité. Il égrène les noms des personnalités présentes. Il remercie tous ceux venus de loin et de près. Il glisse même une phrase en anglais à l’attention sans doute de Bill Clinton. Et, il passe au kréyol, sa langue maternelle, sa langue « natif natal» comme on dit ici.  Cette langue qui, comme le lait maternel (et c’est pour cela qu’on la dit maternelle) nourrit et revigore. Ce lait là rien ne saurait l’égaler. Il n’y a qu à regarder un bébé têter. Les yeux se ferment, les paupières frémissent, les points se serrent, les gloussements se font plus forts et….voilà Sweet Micky qui, tel un bébé tirant du lait du sein de sa mère Haïti chérie, lève la main gauche au fur et à mesure qu’il lâche son texte écrit et avance tout seul en langue kréyole. C’est le combat final entre Sweet Micky le chanteur aux frasques mémorables et Michel Joseph Martelly le président élu qui prend les rênes du pouvoir ce jour. Il se lâche, se secoue, remue les épaules, la tête : « Haïtiens, haïtiennes… », la foule dehors, sur la place du Champ de Mars répond : « Oui !!!! ». Je me dis à moi-même qu’il se croit encore en campagne électorale. Qui de Sweet Micky et de Michel Joseph Martelly va l’emporter ? 

images27.jpg

PUIS, AU MOMENT où personne ne s’y attendait, Sweet Micky se fend dans Michel Joseph Martelly et, faisant fi du protocole, entonne : «  Ayiti yo pa vlé wè ….. » et la foule dehors répond : « se sa yo va wè !!! » Avis aux saboteurs, à ceux qui ont provoqué le délestage de ce matin, à ceux qui seraient tentés de se mettre sur son chemin et de l’empêcher de faire avancer Haïti chérie. Il a chanté la main droite levée : « L’Ayiti qu’ils ne souhaitent pas voir … » et la foule a répondu : « c’est ça qu’ils vont voir ! ». Complicité, communion, fusion entre une star et ses fans, entre un président et son peuple.  En réalité, Sweet Micky et Michel Joseph Martelly sont bel et bien une seule et même personne, deux moitiés d’un seul être, l’un ne va pas sans l’autre. Cela a été nié pendant la campagne électorale mais la nature avec laquelle on ne saurait tricher  et qui se révèle toujours de façon surprenante vient de démentir tous les reniements sur le plateau du Palais du peuple effondré le 12 janvier 2010 et en partie aménagé pour la circonstance. Michel Joseph Martelly restera pour lui-même et pour son peuple Sweet Micky, le chanteur aux paroles acerbes et aux gestes incontrôlés, le Président du Kompa (musique haïtienne proche du zouk antillais) et ….le voici 56 ème Président de la première république noire au monde. Tèt Kalé ! (Tête rasée, tête dure, celui qui rend les coups). 

Letsaa la Kosso, Port-au-Prince, le 14 mai 2011 ©. 


Actions

Informations



10 réponses à “Lettre d’Ici n°4, par Letsaa la Kosso”

  1. 30 05 2011
    Obambé GAKOSSO (12:12:14) :

    C’est toujours rafraîchissant de recevoir des nouvelles des siens. Je suis content, heureux et fier de ce que les Ayitiens ont pu réaliser. On l’oublie trop souvent, mais on a frôlé le pire avec trois candidats en finale de la présidentielle dans ce pays. Patiemment, sûrement et en toute sérénité, les voix ont été recomptées et le fameux Jude a été mis hors jeu. En toute transparence. Ce droit, il a été refusé à nos Frères et Sœurs de Côte d’Ivoire. On a vu ce que cela a donné et on voit encore le pire qui s’y déroule encore. Pauvres de nous !

    Après Jacques Chirac, n’importe qui peut être président en France disait en son temps le président François Mitterrand. J’espère que le chanteur Sweet Micky disparaîtra corps et biens au profit du président Michel Joseph Martelly. Je dis bien, j’espère. Je ne dis pas que j’y crois. Car diriger un pays est art bien plus délicat que faire la fête, faire danser. Diriger un pays demande un recul que l’on ne peut trouver avec ses musiciens et ses fans.

    Cette lettre ne manque pas de piquant : la coupure d’électricité au moment où le chef de l’Etat doit s’exprimer. Je ne sais pas, mais j’en connais des pays où les patrons de l’Energie, de la TV et peut-être même de la radio auraient sauté comme des bouchons de champagne.

    Pour information, la République Sud-Africaine, a une ambassade en Ayiti. Bon, c’est une goutte d’eau dans le Triangle des Bermudes. On est habitués à cela, en Afrique. Continent où depuis des années, Ayiti est considérée comme la 6e région du continent mais dont en réalité on se fout royalement.

    @+, O.G.

  2. 30 05 2011
    Christian (14:51:48) :

    Oui, c’est un plaisir de recevoir des nouvelles des nôtres. Cette île est vraiment particulière. Y a-t-il un autre pays au monde où l’on peut avoir la prestation du président de la République interrompue pour une question d’électricité? Je vois déjà d’ici-là ceux et celles qui sont convaincus que les Nègres sont maudits se lever pour dire « Voyez! Encore eux! » Mais tout de même, je continue à m’interroger sur les capacités de cet homme à essayer de relever ce pays.

    Christian

  3. 30 05 2011
    MEK (14:58:34) :

    L’Iguane,

    Avec ton crâne rasé, tu seras aussi président un jour.

    MEK

  4. 30 05 2011
    Alain (15:03:01) :

    MEK,

    Il sera président de quoi? Je n’ai jamais vu Bambi danser le kompa. A la rigueur, la rumba, oui.

    Les Haïtiens sont quand même forts: avec toutes les galères qu’ils sont, ils se sont tout de même déplacés pour aller assister à l’investiture de cet homme??? Les gens m’impressionnent toujours! De plus, le Palais national avait été détruit.

    Bon, revenons aux choses sérieuses: j’ai vu la photo de la Dame à ses côtés, franchement, pour une star, çà ne vaut pas le coup. Il y a mieux!

    Alain

  5. 30 05 2011
    Alain (15:14:52) :

    Quand même, vu ce que j’ai lu sur lui, je suis étonné de savoir que cet homme n’a que 4 enfants. Où cache-t-il les autres?

    Alain

  6. 31 05 2011
    Letsaa La Kosso (19:44:50) :

    Bambi,
    Grand merci pour l’info sur l’ambassade Sud-africaine. Il faut croire qu’elle est très discrète car nulle part on ne les rencontre nulle part alors que le 18 mai, pour accompagner les haïtiens dans la célébration de leur drapeau (eh oui ici la journée du drapeau est une journée chômée et payée, fête nationale) les Camers ont gâté le coin en commémorant la fête de l’unification des deux Cameroun.

    Sacré Alain, je suis convaincue à présent que même le jour de ta mort tu diras au diable de t’accorder encore 10 secondes pour reluquer une personne de sexe opposé.
    Bien le salut.

  7. 2 06 2011
    B.C. (21:10:56) :

    Alain,

    Vraiment, tu es un cas. On te parle de vraies choses, de sujets sérieux, tu ramènes tout à la f…

    J’ai bien aimé ce billet, c’est comme si j’avais assisté à cette investiture. Ah! les pays pauvres, qu’est-ce que nous sommes pauvres, mais vraiment pauvres! Couper le courant au moment où le président parle!!!

    B.C.

  8. 4 06 2011
    Alain (16:39:40) :

    B.C.,

    C’est la fesse qui dirige le monde. Demande à Ben Ali il te dira. Demande à qui tu sais, ils te diront la même chose.

    Seule la fesse libère!

    Alain

  9. 8 06 2011
    St-Ralph (20:27:46) :

    J’ai lu ton billet avec beaucoup d’intérêt, Letsaa La Kosso. j’avoue que je ne connaissais pas le chanteur qu’était cet homme. Tu me permets de le découvrir sous ses deux facdettes. Troublant !

  10. 11 06 2011
    Letsaa La Kosso (00:30:15) :

    Salut les Amis, salut St Ralph
    La saison cyclonique s’est installée sur mon île: déjà inondations, 28 morts, habitations endommagées pour ne pas dire détruites. Et on est entré dans la saison il y a seulement 10 jours! Et dans tout ça nous n’avons toujours pas de gouvernement et pas de Constitution! Ne riez pas, la situation est grave, mais on espère!
    Bien le salut.

Laisser un commentaire




sissimages |
enza7079 |
Cordonniers à Fleur de Peau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les mille pommes d'or d'Ata...
| Les Pays
| Le concombre Masqué