Côte d’Ivoire: Quand la famille françafricaine se déchire

22 12 2010

caoq4tivca5wlp01cacs95z1cac4zgyucayxcfeqcaq4qo7lca27anjfcaspyc4bcaf6tyypca2ely40ca2i24r0ca38v8occaehh7j5cann51t9catczxeycacctxihca71n7v2caypgwyxcaz1ii7q.jpg

LES PARENTS, VOUS ALLEZ BIEN? Je sais que parmi vous, certains vont faire une overdose de ce beau pays qu’est la Côte d’Ivoire. Mais je n’y peux rien. Si je n’ai pas le temps de vous remettre un billet long comme j’en fais souvent, alors que la volonté ne manque guère, j’ai une pensée pour ces frères et soeurs qui me demandent d’arrêter d’écrire et d’aller me tenir à Abidjan. Devant un char de l’ONU en compagnie de mes Frères, jusqu’à ce que les faux casques bleus et l’Armée française s’en aillent. A toutes fins utiles, je rappellerai aux fans de la présence de cette armée d’occupation que la ministre de la Défense Alliot-Marie, avant même qu’elle ne passe à la Justice puis au Quai d’Orsay, avait conduit un chantier très périlleux avec fermetures de nombreuses bases militaires dans la France métropolitaine.

 cau2lg7zcam6mdmkca44ahtkcathri4fca6vuax1cauputktca6zyoa0cana92n6caf7mqf8cav9kp46cat91tn8ca0oadajcaq2q7f2camjbgrhcas46sdica7uasx6cazu7u89calay2vncaeu60gv.jpg

L’ON NOUS PARLAIT ALORS D’ECONOMIES A REALISER. Mais il est curieux de remarquer que ces économies ne seraient pas bonnes à réaliser en Eburnie. Mais bon, il y a longtemps qu’on nous prend pour des zozos et, nous aussi, on fait semblant de croire qu’on est des zozos… A peine arrivé au pouvoir en 1963, celui que je considère comme le meilleur des présidents que le Congo ait connus, Alphonse Massamba Débat avait lui initié entre autres chantiers, le départ des militaires français et la fermeture de leur base militaire. Cela peut paraître anodin, voire d’une banalité affligeante aux yeux de certains, mais c’était un acte symbolique fort, très fort même, surtout en 1964. Il faut rappeler que nombre de nos leaders qui avaient conduit les fameuses indépendances n’en avaient pas beaucoup, des suspendues, pour reprendre le mot de Claude Ernest Ndalla, alias Graille. En 1973, un jeune ministre malgache avait fait partir de son île rouge le redoutable officier supérieur français, Marcel Bigeard, héros français des guerres perdues au 20e siècle. 2 bases furent fermées très rapidement. Cet homme que les Africains progressistes de l’époque admiraient tant s’appelle Didier Ratsiraka. Oui, je sais qu’il a mal fini. Oui, je sais qu’il a un beau et luxueux pied-à-terre dans le 14e arrondissement de Paris. Les 2 années de pouvoir effectif de Gbagbo et du FPI auraient du en effet servir aussi à cela, à faire partir les soldats français. Cela nous éviterait certains troubles aujourd’hui. Un Frère congolais, de 45 ans au moins, devant une bonne cinquantaine de personnes a osé me lancer au visage: L’Armée française a évité à la CI de plonger dans la guerre. Il faut lui dire merci. Au lieu de pleurer, disons lui simplement que chacun a sa grille de lecture.

images1.jpgJ.-F. Probst

DANS LA GRANDE FAMILLE françafricaine, depuis quelques années, il y a un enfant turbulent qui a osé commettre l’irréparable en brisant la loi du silence. Or, on me dira Mais pourquoi le fait-il? Et je répondrai qu’en l’état actuel des choses, peu me chaut, tant pour moi les questions essentielles sont ailleurs. Cet enfant est le Français Chirac. Et nombre de nos chefs d’Etat lui sont familiers. Il a accordé un entretien de 62 mn intéressante, passionnante au sujet entre autres du mélodrame ivoirien. Ne faites pas comme cet aîné qui, dernièrement, a rejeté toutes les thèses d’Hérodote (le père de l’Histoire), sous prétexte que ce dernier avait affirmé que la semence des Nègres était noire. Ecoutez le ou lisez le simplement, sur le lien que je vous offre. C’est toujours intéressant: http://www.kernews.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=288%3Ajean-francois-probst-l-je-crois-que-gbagbo-est-plus-proche-de-mandela-que-de-mugaber&catid=40%3Apolitique-et-economie&Itemid=59-.

images2.jpgG.K. Soro

DANS LA GRANDE FAMILLE FRANCAFRICAINE, il y a un jeune talent (pour parler comme une de mes belles-soeurs Kamerunaises) qui a très vite appris et compris comment il fallait passer de la pauvreté à l’opulence sans le moindre effort, si ce n’est de se trouver des parrains fortunés (en dehors du pays, et Occidentaux de préférence) et en faisant couler le sang de ses propres frères et soeurs. Dire que Soro est un rigolo est euphémisme, mais j’avoue que je ne peux m’empêcher de ricaner en voyant la façon dont il est allé remettre sa démission à Ouattara. Sans commentaire. Le destin de ce jeune homme de 38 ans est tout tracé et gare aux Africains qui oseraient lui faire barrage, ils risqueraient à leur tour d’être broyés par la Françafric. Rue89 nous offre un billet très intéressant à ce sujet, concernant cet homme qui a osé commettre un livre d’entretiens en expliquant pourquoi il était devenu rebelle. Je me demande souvent à quoi ressemblerait le monde si toutes les injustices, du Pôle Nord âu Pôle Sud, du Japon à la Colombie, se réglaient à coups de Kalachs… Lisez: http://www.rue89.com/2010/12/20/cote-divoire-guillaume-soro-se-paye-sa-promo-sur-papier-glace-180667

Obambé GAKOSSO, December 2010©


Actions

Informations



14 réponses à “Côte d’Ivoire: Quand la famille françafricaine se déchire”

  1. 23 12 2010
    kocoumbo (04:54:03) :

    Bon je me suis longuement demandé si cela valait la peine de répondre à ce enième article à charge contre Ouattara que tu produis sur la CI mais bon je vais essayer de dire 2 ou 3 choses qui me tiennent à coeur sur certains aspects de ton sujet.

    Pour les articles de ces « éminences grises » blancs que tu conseilles de lire à longueur de posts, tu as le don de toujours « bien » choisir leurs auteurs. Après Michel Galy nous voici avec Jean-Francois Probst. Dans mon post qui détaillait l’analyse succint des thèses farfelues contenues dans l’article de Michel Galy je n’avais pas cru besoin de m’attarder sur un aspect du personnage, j’ai voulu séparer le messager du message et analyser froidement le message mais comme je vois que tu récidives avec Probst, je vais m’y coller.

    Je fais donc remarquer que Michel Galy est depuis plusieurs années un spin doctor de Laurent Gbagbo. C’est donc en termes d’idées et de « stratégies » un saint des saint du camp présidentiel. Il participe à l’élaboration des « stratégies » de Gbagbo sur des questions diverses et variées. Juste un exemple pour illuster mon propos, Michel Galy a été un des cerveaux et chevilles ouvrières des reflexions qui ont été élaborées au Colloque international sur le cinquantenaire des indépendances de CI tenu à Yamoussokro en prenant activement part aux pré-colloques ayant préparé ce colloque. Il a notamment théorisé à ce colloque un concept qu’il a (pompeusement) baptisé « la deuxième indépendance ». C’est donc certes un intellectuel et « spécialiste » mais un proche de Laurent Gbagbo.

    Venons-en maintenant à J-F Probst: Ce francafricain ex-bras droit de Charles Pasqua est aussi « consultant international pour les entreprises en Afrique ». Il est accessoirement aussi conseiller de Laurent Gbagbo et conférencier occasionel sur Abidjan pour les « jeunes patriotes » de Charles Blé Goudé alias « Blé la machette », actuel ministre de la jeunesse et de l’emploi du gouvernement illégitime de Laurent Gbagbo. Sans donc qu’on puisse le qualifier de proche de Koudou Laurent Gbagbo il est quand même un de ces conseillers, ce qui lui permet à travers sa firme de consulting de se faire pas mal d’oseille avec « l’enfant terrible de Mama ».

    Voici maintenant mes questions:

    1-Pourquoi les choix d’articles de blancos que tu nous proposes sont toujours des articles de proches ou de conseillers de Laurent Gbagbo?

    2-Je me suis déjà attelé dans un de mes réponses sur un de tes topics à décortiquer de facon argumentative l’article de Michel Galy, tu ne peux donc pas m’accuser de délit de confusion entre le messager et le message. Je réagis donc succintement à l’entretien de J.-F. Probst en disant qu’il est, comme l’article de michel Galy, truffé de contre-vérités, de pseudo-révélations et d’arguments farfelus,. Tout n’y est pas faux naturellement (heureusement d’ailleurs), il y a notamment quelques trucs et révélations tout à fait intéressants.

    3-Quel est la crédibilité que l’on est en droit d’accorder aux thèses de tels personnages sur leurs propos sur la CI compte tenu de leur proximté avec Gbagbo? Je ne m’attarde pas ta tentative in fine de chercher à faire passer leurs articles ou entrevue comme des modèles d’objectivité.

    4-La réponse à la question que tu te poses dans ton post pour savoir pourquoi J.-F. Probst cet « enfant turbulent a osé commettre l’irréparable en brisant la loi du silence » est pourtant très simple: Il ne brise aucun silence, il fait juste son travail, le job de com et de consultant pour lequel Laurent Koudou Gbagbo le paye très bien.

    Pour ce qui est de l’article sur Soro, je n’ai pas de commentaires particulier à faire, pour le moment.

  2. 23 12 2010
    letsaalakosso (07:24:10) :

    Bambi,
    Frangin, s’accrocher à une idée c’est comme s’accrocher au pouvoir et faire du Gbagbo. Tu en arrives jusqu’à vendre ton « âme » et à défendre l’injure d’un Probst! Attention chéri (chez moi en Ayiti on est tous des chéris), cela va te rattraper. Comparer Gbagbo à Mandela est une injure aux 25 ans de vie perdue de Madiba, c’est faire injure à tous ceux qui sont morts victimes de l’Apartheid dans et hors Afrique du Sud, à Steve Biko, à Edouardo Mandlane, à Samora Machel! A toute l’Afrique combattante! On peut laisser passer certaines inepties sur les Ouattara, Sassou, Compaoré, Biya, Sékou Touré, Marien Ngouabi, etc…mais accepter que ce Monsieur Probst compare Gbagbo à Mandela et que tu t’en fasses l’écho… là Frangin, je crois que tu viens de franchir une certaine ligne et je ne peux que te dire de ressaisir! Mandela est un icône, mon frère! Franchement là je me désolidarise de toi, et je ne voudrai pas qu’un jour on me dise « vous dans votre blog de panafricanistes là vous avez appuyé la thèse selon laquelle Gbagbo serait plus proche de Mandela que de Mugabé ». D’ailleurs pourquoi traverser toute l’Afrique francophone pour aller trouver la comparaison en Afrique australe? Pourquoi ne pas avoir rapproché Gbagbo de Sassou, de Bongo, de Kagamé (tiens , qui a été aussi un combattant de la liberté pour son pays)? Si toi tu n’as pas perçu dans ce parallèle un affront, le mépris pour tout un peuple, pour le peuple africain, si tu ne peux pas défendre la Mémoire de Madiba alors qu’il est encore vivant et que tu trouves de la sympathie pour ce Probst, là mon frère, tu me mets hors jeu. Tu viens là de soulever un « roc » mon frère: souviens -toi de ce slogan des femmes de Sharpeville: « vous avez touché aux femmes, vous avez soulevé un roc, vous serez… » On admet pas la plus petite ineptie sur Mandela sans perdre le duvet de sa propre crédibilité.
    Car, « entre la liberté et l’esclavage, il n’y a pas de compromis »! En tout cas, je ne fais aucun compromis dès qu’il s’agit de Mandela! Madiba pour moi est un saint vivant et simplement Sacré!
    Bien le salut.

  3. 23 12 2010
    Obambé GAKOSSO (09:52:46) :

    Mon cher Kocoumbo,

    Je vais te faciliter la tâche : je ne crois pas à l’objectivité. Ou plutôt, je ne crois PLUS à l’objectivité. Il y a des domaines comme l’algèbre et la géométrie où j’ai très peu de débats : 1 avocat + 1 avocat = 2 avocats.
    Mais dans le domaine des sciences politiques, de l’histoire etc., j’ai fait mon deuil de l’objectivité.

    Le fait que Michel Galy soit payé par Gbagbo devrait-il m’interdire de le citer ? Je ne suis pas du genre à avaler tout ce qu’on me présente. Même avec mes parents qui m’ont donné la vie, les débats sont âpres, houleux et il arrive même que l’on se fâche. Alors, si je ne suis pas un fanatique de Koudou, je ne vois pas comment je pourrais l’être de Galy. Et, Galy + Probst, cela fait 2 Blancs que je mets en ligne depuis la mascarade d’élection du 28/11 dernier. C’est très injuste de ta part de dire à longueur de posts. Mais bon, ce n’est pas l’essentiel pour moi car j’invite à décortiquer le message, plus que le reste. Personnellement, je sais bien que ce n’est pas dans Le Figaro que je trouverai un développement clair et précis de la pensée de Noam Chomsky. Je n’ai jamais caché ma fibre politique, je ne vois donc pas comment je pourrais agir autrement en ces heures brûlantes.

    Mes réponses :
    1-Pourquoi les choix d’articles de blancos que tu nous proposes sont toujours des articles de proches ou de conseillers de Laurent Gbagbo? Déjà répondu plus haut.
    2- Tu ne me poses pas de questions mais tu argumentes bien. Et j’apprécie.
    3-Quel est la crédibilité que l’on est en droit d’accorder aux thèses de tels personnages sur leurs propos sur la CI compte tenu de leur proximté avec Gbagbo? Je ne m’attarde pas ta tentative in fine de chercher à faire passer leurs articles ou entrevue comme des modèles d’objectivité. Difficile en effet, mais dans mon propos, je ne détaillai pas point par point son propos. Je livre l’info, je peux bien sûr prendre le temps de l’analyser. J’ai déjà dit ici ce que je pensais de l’ONU (qui a fait tuer Lumumba, qui a laissé mourir 1.000.000 de Rwandais…) Probst ne dit pas en profondeur des choses différentes de ce que je pense. Ce qui m’intéresse le plus dans son propos, c’est l’ONU.
    4-La réponse à la question que tu te poses dans ton post pour savoir pourquoi J.-F. Probst cet “enfant turbulent a osé commettre l’irréparable en brisant la loi du silence” est pourtant très simple: Il ne brise aucun silence, il fait juste son travail, le job de com et de consultant pour lequel Laurent Koudou Gbagbo le paye très bien. Le 4 et le 3 se rejoignent un peu. Ce que je pense de la Françafric, j’ose imaginer que tu le sais très bien. Aussi, un produit de ce système, je m’en méfie forcément. Mais dans la police italienne, quand ils ont la possibilité de travailler avec les « pentitis » (repentis), ils le font avec comme but final de faire tomber l’hydre en face. Si je ne suis membre d’aucune officine, je ne me gênerai pas pour pratiquer la politique du 3e homme, comme l’Occident politico-économique le fait avec nous depuis l’esclavage.

    @+, O.G.

  4. 23 12 2010
    Obambé GAKOSSO (09:54:26) :

    @ LLK,

    Comparer Gbagbo à Mandela est une injure aux 25 ans de vie perdue de Madiba (…) Si c’est ce que tu as compris et retenu de mon très court texte à ce sujet est cela, je laisse tomber et je passe à autre chose.

    @+, O.G.

  5. 23 12 2010
    Alain (12:32:19) :

    L’Iguane,

    Je viens de lire vos échanges, encore une fois. Vraiment, MEK a raison: à quoi ça rime tout ça? Les 10 ans de pouvoir de Gbagbo t’ont apporté quoi? Si Ouattara gagne, tu perdras quoi? Les Africains (allez, je ne dis pas les « Congolais ») m’étonnent chaque fois avec ces longs débats. La conclusion est souvent la même: la guerre. Les Blancs fabriquent les armes, et le peu de sous que nous avons, nous le mettons dans ces armes, on va s’entretuer. Le droit dont vous parlez tous, je le déteste, c’est lui qui amène le plus souvent les guerres: Gbagbo et Ouattara sont aussi nuls en droit, comme je suis nul en politique. Bambi, pitié, laisse tomber, tu ne gagneras rien là-dedans.

    Alain

  6. 23 12 2010
    Un frangin (12:38:22) :

    Pour ajouter au concert,

    Je te signale Bambi qu’on t’a déjà dit que tu étais médiocre. Je n’ai jamais compris cette envie que tu avais toujours à continuer à discuter même quand on te manque de respect. Tu te prends pour qui, Jésus?

    Un frangin

  7. 23 12 2010
    Jean_2010 (14:22:17) :

    Bambi,

    De grâce, arrête avec la CI, on n’en peut plus, on veut lire autre chose, le monde se serait-il arrêté à la CI?

    Jean_2010 (regarde mon mail, tu sauras qui c’est)

  8. 23 12 2010
    justice (14:25:30) :

    L’Afrique devrait une fois pour toute se débarrasser de toute cette vermine qui salit l’image du nègre, et qui nous plonge dans des abîmes sans fond. Il faut libérer l’Afrique de ces voutours et charognards , ceux qui à la solde des puissants bouffent leur propre enfants.
    Il faut en finir avec çà ! trop longtemps que ça dure !
    défendre l’indéfendable ? Non merci !ces deux hommes sont du même bord, téléguidés par les mêmes mains. un jeu de dupe entre marionettes et marionétistes.C’est comme çà dans tout les pays du monde , même en France et les State. L’élu est toujours maintenu à un fil, et choisi bien avant les votes.Tout est sous contrôle , enfin pas tout, mais presque !

    Je ne vous souhaite pas Bonnes fêtes , car je n’y adhère pas.
    Je vous souhaite de veiller sur vous et Dieu fera le reste !

  9. 23 12 2010
    Matoumbou (16:21:54) :

    Bonjour Frangin,

    Comme tu le sais, le Net et moi, c’est bien tant qu’il faut lire, mais quand il faut écrire…
    La dernière fois que je suis venu ici, c’était pour parler de franc-maçonnerie et je me réjouis que tu ne sois pas revenu là-dessus car je pense que tu ferais mieux de te concentrer sur autre chose car les loges sont puissantes.

    Mais dis-moi, ça ne te dérange pas de discuter avec des gens masqués?
    A cette allure, tu vas recevoir une de ces bastons en pleine rue…

    Allez, oublie la CI, Gbagbo et Ouattara, c’est pareil. Entre qui se fait « élire » en magouillant et un autre qui s’est accroché au pouvoir dix ans durant, je ne vois pas la différence.

    Matoumbou qui souhaite un joyeux Noël à Justice.

  10. 24 12 2010
    OssiWaMona (13:06:49) :

    Hotep

    Je nous propose le texte qui suit pour meditation (speciale dedicace a tous ceux qui ont decide de ne jamais lutter et de laisser le combat pour l’afrique a leurs descendants nes en occident …):

    Dernière lettre de Patrice Lumumba à son épouse

    Ma compagne chérie,

    Je t’écris ces mots sans savoir s’ils te parviendront, quand ils te parviendront et si je serai en vie lorsque tu les liras. Tout au long de ma lutte pour l’indépendance de mon pays, je n’ai jamais douté un seul instant du triomphe final de la cause sacrée à laquelle mes compagnons et moi avons consacré toute notre vie. Mais ce que nous voulions pour notre pays, son droit à une vie honorable, à une dignité sans tache, à une indépendance sans restrictions, le colonialisme belge et ses alliés occidentaux – qui ont trouvé des soutiens directs et indirects, délibérés et non délibérés, parmi certains hauts fonctionnaires des Nations-unies, cet organisme en qui nous avons placé toute notre confiance lorsque nous avons fait appel à son assistance – ne l’ont jamais voulu. Ils ont corrompu certains de nos compatriotes, ils ont contribué à déformer la vérité et à souiller notre indépendance.

    Que pourrai-je dire d’autre ?

    Que mort, vivant, libre ou en prison sur ordre des colonialistes, ce n’est pas ma personne qui compte. C’est le Congo, c’est notre pauvre peuple dont on a transformé l’indépendance en une cage d’où l’on nous regarde du dehors, tantôt avec cette compassion bénévole, tantôt avec joie et plaisir. Mais ma foi restera inébranlable. Je sais et je sens au fond de moi même que tôt ou tard mon peuple se débarrassera de tous ses ennemis intérieurs et extérieurs, qu’il se lèvera comme un seul homme pour dire non au capitalisme dégradant et honteux, et pour reprendre sa dignité sous un soleil pur.

    Nous ne sommes pas seuls. L’Afrique, l’Asie et les peuples libres et libérés de tous les coins du monde se trouveront toujours aux côtés de millions de congolais qui n’abandonneront la lutte que le jour où il n’y aura plus de colonisateurs et leurs mercenaires dans notre pays. A mes enfants que je laisse, et que peut-être je ne reverrai plus, je veux qu’on dise que l’avenir du Congo est beau et qu’il attend d’eux, comme il attend de chaque Congolais, d’accomplir la tâche sacrée de la reconstruction de notre indépendance et de notre souveraineté, car sans dignité il n’y a pas de liberté, sans justice il n’y a pas de dignité, et sans indépendance il n’y a pas d’hommes libres.

    Ni brutalités, ni sévices, ni tortures ne m’ont jamais amené à demander la grâce, car je préfère mourir la tête haute, la foi inébranlable et la confiance profonde dans la destinée de mon pays, plutôt que vivre dans la soumission et le mépris des principes sacrés. L’histoire dira un jour son mot, mais ce ne sera pas l’histoire qu’on enseignera à Bruxelles, Washington, Paris ou aux Nations Unies, mais celle qu’on enseignera dans les pays affranchis du colonialisme et de ses fantoches. L’Afrique écrira sa propre histoire et elle sera au nord et au sud du Sahara une histoire de gloire et de dignité. Ne me pleure pas, ma compagne. Moi je sais que mon pays, qui souffre tant, saura défendre son indépendance et sa liberté.

    Vive le Congo ! Vive l’Afrique !

    Patrice Lumumba

  11. 24 12 2010
    OssiWaMona (22:38:31) :

    Bambi

    Apres reflexion , je pense qu’il faudrais effectivement suivre la recommandation de la majorite des intervenants de ton blog : « Ne plus commenter l’actualite ivoirienne ».
    En effet je crains que les ondes negatives generees par leur prises de position ne s’additionne au matraquage des medias pro-colonialiste et ne joue (mystiquement parlant) sur l’elan de liberation qui souffle dans les esprit de ceux qui veulent y croire.
    C’est l’avenir et la reelle independance de l’Afrique qui se joue actuellement en CI , car la prochaine etape et le reel enjeu de cette bataille est le demantelement de la zone CFA.

    Par la puissance de nos Ancetres , nous vaincrons !

  12. 26 12 2010
    Obambé GAKOSSO (16:46:58) :

    Les parents, je vous ai lus et relus, même si je reste persuadé que tôt ou tard, le frère Kocoumbo et moi, on aurait pu trouver plus de terrains d’entente qu’il n’y paraît, je vous écoute et me mets en retrait de mes avis et analyses sur les conditions calamiteuses et honteuses dans lesquelles nos frères ont voté. Le texte que j’ai fait depuis belle lurette devait essentiellement porter sur ça, mais bon, à ce jour, vous avez tous et toutes ces éléments. Cependant, il m’est très difficile de me mettre en retrait car le camp d’en face est formidablement organisé et a gagné la batille de l’opinion et le mien est très mal barré. Dans les jours à venir, si le temps le permet, sans me prononcer ou le moins possible, je vous livrerai d’autres avis. Merci les parents pour le temps que vous prenez car je le sais très précieux dans vos vies de tous les jours.

    Force – Santé – Vie

    Nous vaincrons

    Ayons foi en nous

    Obambé GAKOSSO

  13. 26 12 2010
    Letsaa La Kosso (22:26:52) :

    Bambi,
    Mais voyons, tes frères de là-bas n’ont pas voté dans des conditions pires que celles du Pays des Montagnes. Chez nous, on a même vu un candidat à la présidence poireauter pendant 30mn dans son bureau de vote parce que « son nom ne correspondait pas à sa photo ». Mais on l’a quand même fait voter alors que ce droit a été refusé à des milliers de citoyens pour la même « faute de frappe ». Nous ici on court même le risque de voir un musicien très connu pour ses « clips » à la limite du X devenir président et occuper le fauteuil de Toussaint Louverture!
    Bien le salut.

  14. 27 12 2010
    Obambé GAKOSSO (08:58:54) :

    LLK,

    L’histoire de ce drôle de candidat, à chaque fois que j’ai envie de mettre un billet là-dessus, je suis mort de rire. Mais en Ayiti, on n’a quand même pas agressé les gens qui voulaient aller voter, non? Je ne sais pas, mais y a-t-on enlevé des gens aussi? J’ai vu des images à la RTI… Vu que certains disent que ce sont des montages…

    @+, O.G.

Laisser un commentaire




sissimages |
enza7079 |
Cordonniers à Fleur de Peau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les mille pommes d'or d'Ata...
| Les Pays
| Le concombre Masqué