• Accueil
  • > Justice
  • > Transmission du Sida et responsabilités (civile, pénale…)

Transmission du Sida et responsabilités (civile, pénale…)

27 08 2010

default5.jpeg

« NOUS SOMMES DES BANTUS » disait naguère feu Mobutu avec ses imprécations légendaires. « Il n’y a pas à l’entrée du village un chef et à la sortie un chef de l’opposition » aimait-il à rappeler aux Occidentaux (journalistes surtout) qui le titillaient sur les questions liées aux Droits de l’Homme.

A L’ALLURE OU VONT LES choses, les grosses légumes (parents et amis qui profitent du pouvoir, allègrement et abusivement) de nos pays et leurs amis qui s’accrochent au pouvoir comme des moules sur leurs rochers, vont avoir de plus être surpris. Je ne sais pas quand, dans 20 ans ou 50 ans, par les évolutions du droit. Même les plus grands amoureux de cette science totalement inexacte en conviennent: c’est l’un des domaines qui évoluent le moins vite sur cette Terre. Mais quelle n’a pas été ma surprise et ma joie d’apprendre que la chanteuse Nadja Benaïssa (28 ans, membre du groupe féminin « No Angels ») vient d’être condamnée à 2 ans de prison avec sursis pour avoir transmis délibérément le sida à un partenaire, sans lui avoir révélé qu’elle était malade. Personnellement, je trouve que 2 ans avec sursis pour un tel crime (à mes yeux, c’en est un) ce n’est pas cher payé. J’espère qu’il y aura une condamnation au civil, même si l’argent ne fait pas tout.

default4.jpegSimon Mol en 2007, entouré par des policiers polonais

ON L’APPELLE SIMON MOL. De son vrai patronyme Simon Moloke Njié. Arrivé en Pologne en 1999, il y évoluera comme journaliste et poète. Il y fera aussi du militantisme, notamment pour les droits des immigrés. Le 05/01/2007, à 33 ans, il sera arrêté pour avoir Propagé le VIH. En France, au cours de l’année 2000, un homme découvre que sa compagne lui a transmis la même maladie. Il porte plainte et sa compagne, Maria Do Carmo Teixeira Carvelho (39 ans en 2006, lors de la condamnation) sera condamnée à 24 mois de prison dont 14 avec sursis. Ce n’est pas tout: il lui a été exigé de:

  • 6000€ au titre du préjudice moral à son ex-compagnon;
  • 170.000€ au titre du préjudice moral et physique;
  • 5000€ à la Caisse primaire d’assurance maladie des Hauts de Seine pour les soins prodigués à la victime.

JE POURRAIS MULTIPLIER CE GENRE d’exemples. En Occident, on voit que le droit a bien et même très bien intégré cette maladie et quand la justice est saisie, elle peut avoir la main lourde. Je ne sais pas quand cela arrivera en Afrique (Afrique du Sud mise à part), mais il est vrai qu’il y a beaucoup à faire, à voir et à revoir sur ce plan-là. Si dès le départ je citais Mobutu c’était à dessein. Non pas que l’homme fut souffrant de cette maladie et l’ait « distribuée » sciemment (je n’en sais strictement rien), mais ils sont légion, rien qu’en prenant le cas du Congo, ces hommes et ces femmes qui, bien que se sachant malades, entretiennent des rapports intimes sans la moindre protection avec leurs partenaires. Au lendemain de la Guerre de 1997, un homme, se sachant malade et condamné jouera de ses relations afin d’avoir un poste important et Profiter de ses derniers instants sur cette Terre. Et je peux vous dire que pour profiter, il a bien profité car il en a laissé des filles et des femmes malades qui, depuis son propre décès, le rejoignent chacune à leur tour, au royaume des allongés. Imaginons un seul instant qu’un ou des juges courageux jugent une peine pour Administration de substances nuisibles, imaginons un seul instant? En l’état actuel des choses, il est vrai que sa carrière de magistrat se verrait raccourcie d’un seul coup, mais gageons qu’il fera des émules, de même que le plaignant ou la plaignante aussi fera des émules. Et je n’ose imaginer nos magistrats s’asseoir sur des tonnes de plaintes de ce genre. Les Congolais qui ont connu la peur et la crainte des pouvoirs successifs des décennies durant ont tellement goûté à la liberté que je ne les vois pas laisser passer ce genre de choses. Oser, il suffit d’oser. Ils et elles vivent avec et parmi nous, ces empoisonneurs délibérés qui transmettent la mort. Il y a 15 ans, une Dame me rapportait une conversation fort intéressante qu’elle eut avec un intime. Sachant qu’elle était très belle et très convoitée par des hommes du pouvoir de l’époque (on est en 1995) et des pouvoirs passés, cet intime, très bien informé, puisque travaillant sur la question lui donnera la liste des personnalités congolaises (politiques comme affairistes) séropositifs et sidéens confondus. L’évocation de ces noms fait froid dans le dos. Oui, vous me direz que cet homme a violé le secret médical. Soit, mais de l’autre côté… n’a-t-il pas sauvé une vie ou des vies entières? Je parle de la justice des Hommes, par les Hommes et pour les Hommes car, quand l’Etat ne veut pas juger, c’est la barbarie qui s’impose et les Congolais doivent encore se souvenir de cette pauvre Dame, accusée par des parents de son mari (qui venait, dit-on, de décéder des suites du sida) d’avoir transmis le mal à leur défunt parent. Cette Dame sera découpée comme une vulgaire carcasse de boeuf. Je n’ai pas souvenir que ces barbares aient été jugés aux assises.

Obambé GAKOSSO, August 2010©


Actions

Informations



5 réponses à “Transmission du Sida et responsabilités (civile, pénale…)”

  1. 27 08 2010
    Isma (17:42:29) :

    Ah bon??? Cette dame ne serait-elle pas une certaine Lucienne Ntsoumou et le defunt mari un certain Albert Oboa?
    Ce que tu évoques est très choquant Bambi. Le phénomène de la distribution volontaire du sida est devenu à la mode, surtout chez les africains. Là, j’apprends qu’il y en a un qui, se sentant malade au congo, s’est refugié depuis quelques années en france, plus précisement dans la ville de Tours. Utilisant l’argent volé dans les caisses du tresor public congolais et de son salaire de fonctionnaire superieur congolais qui continue à passer malgré son absence de son lieu de travail, ce Mr distribue le VIH comme il le peut à plusieurs jeunes filles en france. Une connaissance qui l’avait cotoyé il y a qques jours me disait que ce gars drague tout ce qui bouge comme fille ou femme, et il n’hésite pas de dire à tous ceux qui veulent l’entendre SA HAINE VISCÉRALE CONTRE LES PRÉSERVATIFS. Comprendre qui pourra.

  2. 31 08 2010
    Obambé GAKOSSO (09:53:47) :

    Dis-moi, Isma, le gars de Tours dont tu parles, puisque les gens le connaissent désormais, on peut éviter de croiser on chemin, non?

    @+, O.G.

  3. 3 09 2010
    Alain (11:08:50) :

    Cette maladie fait bien plus de dégâts qu’on ne l’imagine car à cause d’elle, des hommes généreux comme moi, hé bien, on ne peut plus faire ce qu’on veut, obligés qu’on est de se protéger. C’est terrible ça…

    Alain

  4. 8 09 2010
    Mortys D. (15:44:12) :

    Hum, les makô*….
    Dites moi, finalement ce Type de Tours dont vous parliez, c’est quoi son nom?
    Sauf que moi je ne le connais pas…

    *kô-ngossa=Songui-songui=ragots

  5. 11 09 2010
    Obambé GAKOSSO (20:03:56) :

    Mortys D,

    Non, on ne donne pas ce genre de noms ici, je censure dès que je m’en aperçois. Le kongossa a des limites, ou bien?

    @+, O.G.

Laisser un commentaire




sissimages |
enza7079 |
Cordonniers à Fleur de Peau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les mille pommes d'or d'Ata...
| Les Pays
| Le concombre Masqué